.
.
Buscar 
Bandas de la A-Z
Conciertos, agenda
Festival, agenda
Noticias
Fotos directo
IndyRock inicio

 
News - Noticias -todo sobre Radiohead


The King of Limbs


Radiohead en Paris 10 junio 2008 - Fotos por Laurence Boisnard


'In Rainbows',número uno en UK 
RADIOHEAD - In Rainbows (Disc 2) por Juan Gallardo Comentario
Los maravillosos colores del arco iris
por Juan Gallardo - IndyRock # 


AMNESIAC, letras, datos
KID A | letras |comentarios
Hail to the thief , LETRAS EN ESPAÑOL

Daydream Festival en Barcelona Fotos directo +"Off Computer" /12 /6 /08
Radiohead en el Foro del Sol / México
Crónica de un concierto muy esperado Por Alejandra Hidalgo
Radiohead en Río de Janeiro / Brasil
Radiohead abre el Quilmes / Argentina
28,000 personas ven a Radiohead en Chile
Galerías >100


Fotos directo giras
1994 / 1997 / 1998 / 2000 /2001 / 2002

Radiohead en  México /  Brazil / Argentina 
.
Radiohead * 
Archivo histórico * Hemeroteca * Archive * datos
Fotogalerias PARIS, Le Grand Rex, 30-06-00 Tour 2000

Paris - Saint Dennis 19-09-00 - Exclusive pics 
Pictures ® Laurence Boisnard
PARIS, Le Grand Rex, 30-06-00



Paris - Saint Dennis 19-09-00



Set List Radiohead, le 20 septembre 2000 à Saint-Denis- Paris
Optimistic / Morning Bell / Airbag / Nice Dream / Paranoid Android / You and wose army / Karma police / Permanent Daylight / No surprises / The national anthem / In limbo / Climbing up the walls / Talk show host /How to disappear completely / Idioteque / Just / Everything in its right place - 
1er rappel - I might be wrong Lucky / Dollars and cents / Street Spirit - 
2ème rappel - Motion picture soundtrack/ Iron lung

Set list , concert du 19 septembre à Saint-Denis- Paris
National Anthem / Everything in it's right place / In limbo / You and wose army ? / Paranoid Android / Karma Police / No Surprise / Lucky  / The Bends / Just / My Iron Lung / Egyptian Song / Airbag / How to disappear completely / Idioteque / Morning Bell (?) / Exit Music (for a film) / Street Spirit / Climbing up the walls / Dollars and cents / I might be wrong/  - ? /
1er rappel The Thief (Can)
2ème rappel (?) Knives out
3ème rappel Fake Plastic Tree
Radiohead PARIS setlist 
Optimistic / Bones / Karma Police / Morning Bell / You and whose army / Talk Show Host / The National Anthem / My Iron Lung / In Limbo / No Surprises / Dollars and Cents / Exit Music (for a film) / Knives Out / Airbag / Just / Everything in its right place / (1er rappel ) Lucky / Egyptian Song / Street Spirit / Paranoid Android / (2ème encore) How to Disapear Completely 

Le Grand Rex - Paris, le 30 juin 2000 
Laurence Boisnard (IndyRock-Paris)
Le Grand Rex est une grande salle de cinéma au décor grandiloquent et aux larges fauteuils accueillants et confortables. Pendant le passage de Clinic sur scène, il y a eu un petit flottement : mes spectateurs allaient-ils rester clouer dans leurs sièges comme cela s'était passé au Teatro Tivoli ? Mais le public parisien scande déjà "Radiohead ! Radiohead !" pendant le changement de matériel, se lève quand ils entrent en scène et dès le début de la troisième chanson envahit l'espace entre la scène et le premier rang de fauteuils. .
Pourtant, Radiohead sont assez tendus quand ils entrent en scène pour "Optmistic", une impression qui persistera assez longtemps dans le concert. Thom, principalement, semble très fatigué, presque épuisé A tel point par exemple qu'il restera immobile debout les yeux clos, cherchant visiblement à retrouver des forces, pendant "You and whose army". Il y aura aussi des gestes et de bref échanges parfois avec les autres membres du groupe qui donnaient l'impression qu'il allait arrêter.
.
Les humeurs de tout le groupe suivent celles de leur leader, et le fait que le Thom ne soit pas au meilleur de sa forme perturbe visiblement les autres. Jonny notamment en semble assez contrarié, et il aura une longue aparté avec lui entre deux chansons. Pendant une des premières chansons, Jonny aura un long regard interrogateur, et presque réprobateur, envers Thom pendant que celui-ci chantait, Ed observant de même de l'autre côté de la scène. Cette impression disparaîtra au fur et à mesure que l'on avancera dans le concert. Le public sera enthousiaste dès le début mais sentira une certaine distance de la part de Thom qui présentera tout juste les chansons ou par de rapides phrases en anglais, inintelligibles pour le public français. Ainsi en ce début de soirée, Thom semble introverti et replié sur lui-même, à l'opposée de l'attitude qu'il semblait afficher pendant les concerts précédents de la tournée. Mais à la première esquisse d'un sourire de Thom, le volume des ovations doublera presque instantanément. Et dans les instants magiques que sont les échanges entre les artistes sur scène et leur public, que seul un concert permet de ressentir, au sourire de Thom répondra une ovation plus chaleureuse du public, à laquelle répondra une volonté du groupe d'offrir encore plus. De nouveau cela sera une interprétation fabuleuse (une de plus) de Exit Music qui permettra à Thom et/ou au public de se lâcher complètement et jusqu'à la fin la réponse du public ira crescendo.
Qui plus est, Radiohead offrira ce soir au public parisien 10 nouvelles chansons. Le fait que cela soit a priori la première écoute pour les nouvelles chansons font qu'elles sont "un peu moins" applaudi mais leur écoute participe grandement au plaisir du public. Ainsi cette merveilleuse version de "The National Anthem" (la meilleure version des cinq concerts que j'ai vu), avec Thom complètement habité par la musique , qui comme un chamane, nous a invité à apercevoir l'Autre monde. D'ailleurs ce soir les versions de toutes les nouvelles chansons sont excellentes. .
"Dollars and Cents" : mieux mise en valeur quand elle est jouée seule, entre deux anciennes chansons. "Everything in its right place" : bien que Thom est eu quelques ennuis techniques avec les claviers ; on l'a vu sur la fin, frapper des mains, yeux clos, invitant le public, qui suivait le rythme qu'il indiquait avec la ferveur des adeptes d'une secte suivant son gourou, a là aussi apercevoir l'Autre côté. "Egyptian Song", dont l'effet étoilé du jeu de lumière impressionne toujours autant les publics, est si apaisante à écouter quand Thom chante "there is nothing to fear, nothing to be afraid of,. " La contre-basse de Colin créant sur cette chanson une atmosphère étarnge. Colin aura d'ailleurs une rapide conversation avec Ed dès la fin de la chanson à propos semble -t-il d'un passage qu'il devait jouer et qu'il semblait difficile ou dont il n'était pas satisfait. Il est si agréable de voir combien Radiohead sont passionnés et exigeants quand il s'agit de leur musique , et cela même lors d'un concert. .
Il semblent qu'ils soient maintenant assez rassurés sur l'accueil positif que reçoivent les nouvelles chansons pour se permettre de commencer le concert par "Optimistic", et le terminer sur "How to Disappear Completely". Le spectateurs écouteront respectueusement la performance vocale de Thom sur cette chanson (comme pour Exit Music) avant l'explosion de l'ovation finale. Le public du Grand Rex sera totalement dans le concert du début à la fin. Pas seulement pour applaudir entre les chansons, mais aussi chantant, s'époumonant même à essayer de faire entendre sa voix sur des chansons au fort volume de guitares comme "Just", "My Iron Lung" et "Paranoid Android". Celle-ci reste une chanson favorite du public parisien. Et quand Thom aura des ennuis avec le micro de sa guitare acoustique l'empêchant de chanter, on entendra venant de la salle les "oooh oooh" manquant jusqu'à ce qu'il puisse enfin commencer "rain down. " les problèmes enfin réglés. .
Cet enthousiasme du public n'est que la réaction à l'engagement si visiblement évident de Radiohead sur scène, à leur musique, au plaisir qu'ils éprouvent tous les cinq à jouer les anciennes et les nouvelles chansons sur cette tournée. Thom habité, Jonny, Ed et même les discrets Colin et Phil eux aussi transportés par la musique. Les ovations du public du Grand Rex seront si bruyamment enthousiastes que Ed se bouchera les oreilles en souriant quand il entrera sur scène pour le premier rappel. Et visiblement c'est à ce moment du concert seulement et finalement qu'ils voudront bien reconnaître qu'ils ont gagné la partie et conquis une fois de plus les coeurs du public parisien. 
.
LE GRAND REX, RADIOHEAD PARIS 30-06-00 
(Urgent review Sat, 1 Jul 2000 02:56:42)
Laurence Boisnard (IndyRock-Paris)
Le Grand Rex est une très grande salle de cinéma au fauteuils accueillants et comfortables mais le public parisien ne resiste pas à l'envie de se ler, et les premiers rangs envahissent l'espace au pied de la scène. Radiohead sont assez tendu quand ils entrent en scène, une impression qui durera assez loin dans le concert. Thom, principalement, semble contrarié, mais surtout très fatigué, presque épuisé. A tel point par exemple qu'il restera immobile debout les yeux fermés, cherchant visiblement à retrouver des forces, pendant "You and whose army". Les humeurs du reste du grouoe suivent celles de Thom, et le fait que le chanteur ne soit pas au mmilleur de sa forme pertube visiblement les autres, ainsi le long regard interrogateur de Jonny avant une chanson du début, il y a vait vraiment une inquiètude sur ce qui allait se passer. Radiohead offrira tout de même au public parisien 10 nouvelles chansons. De nouveau cela sera une interpretation fabuleuse (une de plus) de Exit Music qui permettra à Thom et/ou au public de se lacher complètement et jusqu'à la fin la répponse du public ira crescendo. Le fait que cela soit la première écoute pour les nouvelles chansons font qu'elles sont "un peu moins" applaudi mais leur écoute participe grandement au plaisir du public. Ainsi cette merveilleuse version de The National Anthem (la meilleure version des cinq concerts que j'ai vu), avec Thom complètement habité par la musique, qui comme un chamane, nous a fait apercevoir l'Autre monde. D'ailleurs ce soir les versions de toutes les nouvelles chansons sont excellentes, telles Dollars and Cents , Everything in its right place (bien que Thom est eu des petits probèmes avec les claviers qui ne fonctionnaient pas bien, mais on l'a vu sur la fin frapper des mains yeaux clos, invitant le public à le suivre là aussi de l'Autre côté), Egyptian Song, et How to Disappear joué en deuxième rappel (le public écoutant respectueusement en silence la performance vocale de Thom avant l'explosion de l'ovation finale). L'entousiasme et les ovations du public du Gran Rex sera d'ailleurs si bruyament enthousiasme que Ed se bouchera les oreilles en souriant quand il entrera sur scène pour le premier rappel. Et visiblement c'est à ce moment du concert que finalement ils veulent bien reconnaitre qu'ils ont gagné la partie et conquis une fois de plus les coeurs du public parisien. 
ARLES, 13-06-00 Tour 2000, premiere
Cronica en exclusiva para Indyrock por Laurence Boisnard 
Théatre Antique de Arles, le 13 juin 2000. 
. Le temps avait été menaçant tout le week-end précédent et une forte averse deux heures avant l'ouverture des portes avait fait craindre le pire. Pourtant l'enthousiasme des fans, arrivés parfois très tôt le matin, n'en avait pas souffert. A l'ouverture des portes, l'inévitable rush pour le premier rang se passe bien. Sur les gradins de pierre du théâtre romain des sièges sont posés et un espace pas trop grand permet de se tenir debout devant la scène sans qu'il y ait trop de monde. La scène est assez large, ce qui lui donne un étrange aspect pour une scène de rock. 
.
A cause de la pluie précédente, des tentes de jardin avaient ont été posées au-dessus des instruments et ceux de Laika sont recouverts de bâches plastiques. Deux ou trois gouttes empêchent encore de Laika de commencer. Enfin, les bâches sont enlevées, c'est un bon signe. Laika joue pendant trois quart d'heure, et reçoivent un accueil plus que poli. Ce qui leur fait plaisir. Laika sort de scène en annonçant que Radiohead seront là dans une demie-heure. Mais une grosse averse orageuse permettra au public de participer contre sa volonté à un concours de T-shirts mouillés. Radiohead se fera donc encore attendre malgré la diligence des roadies.
.
Enfin Ils arrivent en scène. Semblant décontractés, plutôt souriants. Ed dans un t-shirt noir, Jonny dans un éternel, ci l'on peut se permettre, t-shirt de couleur orange, et Thom dans une veste blanche qu'il enlèvera pour être dans sa, maintenant, traditionnelle chemisette. Thom dit "bonsoir tout le monde", en français, et ils commencent avec "Talk Show Host". Un titre souvent joué en concert et dont ils apprécient apparemment le final qui leur permet de se laisser aller. Mais joué en première chanson, elle leur permet peut-être de se régler. 
.
Comme toujours Radiohead sait très bien choisir son jeu de lumières. Différent de celui de la tournée de OK Computer et bien adapté aux petites salles dans lesquelles ils ont décidés de jouer cette fois-ci Les deux uniques colonnes restantes du théâtre romain participent elles aussi au décor, tantôt toutes de mauve éclairées, ou profitant d'un éclairage rasant pour s'élever vers le ciel. Elles encadreront pour moi, la silhouette de Thom durant tout le concert, unissant l'homme avec le ciel. La deuxième chanson est "Bones" sur laquelle Thom se laisse rapidement aller. 
.
Thom nous prévient que la troisième chanson est nouvelles, elle s'appelle "Optimistic". Petit incident peu avant la fin de celle-ci puisque toutes les lumières de scène s'éteignent. Les plombs ont du sauter quelque part... Cela ne perturbe pas trop le groupe qui fini la chanson. Elle sera applaudit bien qu'inconnue. Ils enchaînent avec "Karma Police". Jouée dans le noir, ou presque. Mais ni le groupe, ni le public ne semblent vouloir se laisser perturber par cet incident, et le concert continue comme si de rien n'était. Les lumières reviendront finalement après trois chansons. Le public a attendu deux ans et demi depuis le dernier vrai concert de Radiohead, alors ce n'est pas la pluie et des lumières en panne qui vont gâcher son plaisir de les revoir enfin. Et pour Radiohead, ils sont si souriants et décontractés, que ce n'est pas cela n'ont plus qui va gâcher leur plaisir de rejouer enfin devant un public. 
.
Le concert sera composé d'un savant mélange de chansons de The Bends, Ok Computer, et de nouvelles chansons, sept au total. Et pour une durée de deux heures. L'attitude du groupe fait aussi partie des surprises agréables. Ils sont souriants. Surtout Thom et Ed. Ed répondant par des petits signes ou des sourires aux premiers rangs. Thom souriant et surtout décontracté, annonçant les chansons, plaisantant parfois, et très naturel, comme quand devant s'asseoir derrière le Rhodes il trouve un siège encore mouillée. Et s'amusant beaucoup en prenant des photos du public, annonçant qu'elles seront le lendemain sur le site officiel (Ce qui, entre parenthèses, constaté par nos soins, n'avait pas été fait le 14). Phil aussi est très souriant, observant le public quand il ne se concentre pas sur son jeu tête baissée dans les cymbales. Le moins souriant de tous est Jonny. Pas qu'il soit ennuyé d'être ici, mais il parait plutôt concentré sur la musique. A la différence de Ed, il ne semble quasiment pas regardé les autres mais on sent l'oreille toujours attentive et tendue... Une constante en tout cas, Jonny est toujours aussi plié en deux sur ses instruments, e visage à dix centimètres des cordes de sa guitare ou la frange de ses cheveux sur les touches du clavier.
.
Ce qui est frappant aussi, c'est que le groupe est encore dans l'ambiance de studio, plutôt que vraiment dans celle d'une tournée. Ils se regardent,.. Thom demande "qui commence ?", Ed répond "c'est toi.." Ils ont vraiment les réflexes du studio, des sessions de répétitions, ils ne sont pas encore dans la routine des tournées.
Les nouvelles chansons surprennent par leur longueur . Cela leur donne un effet hypnotique. Le nouveau jeu de Phil, plus complexe, et la basse de Colin, y jouent un rôle important. Il y a incontestablement une différence, une évolution par rapport à OK Computer. Les claviers sont plus présent, Radiohead a quitté l'étiquette de groupe de guitares, telle que cette notion existait dans les années 90. Le meilleur exemple est "Everything in its right place", dans laquelle il n'y a plus de guitares, mais Thom aux claviers et Jonny et Ed jouant avec des effets. Ce qui rend l'expérience d'écouter ces chansons lors de ce concert d'autant plus intéressante et excitante est que ce ne sont pas les versions de l'album , de l'aveux même de Radiohead puisqu'ils se sont posés la question de savoir comment les interpréter sur scène. Ces versions sont donc peut- être éphémères, voire expérimentales, le groupe cherchant encore la version qui lui plait.
.
Ce qui est certain est que la version de "Everything in its right place" restera une version unique. Tout n'étant justement pas à sa place, c'est-à-dire que les "instruments" de Ed n'étaient pas branchés du tout. Et alors que le technicien s'affairait à brancher et essayer de tout faire fonctionner, Ed était assis tranquillement en tailleur sur la scène ne pouvant rien faire, souriant et plaisantant avec les premiers rangs du public. Le reste du groupe continuant dans la bonne humeur, malgré cet incident, à créer d'une certaine façon une version unique de cette nouvelle chanson. A la fin de celle-ci, Thom s'approchera du micro, souriant une nouvelle fois, pour un premier au revoir de la soirée.
Le rappel avec "Just", "Nice dream", "Knives Out" et un final éclatant d'énergie sur "Paranoid Android" reprend la diversité du concert. Thom juste avant de sortir de scène aura un dernier remerciement : "Thank you for being so kind for our first gig". Cela a été une soirée merveilleuse, mémorable, privilégiée. Tout y a concouru : le lieu, l'enthousiasme du public, et, bien sur, l'enthousiasme encore plus grand de Radiohead. Leur plaisir évident à rejouer ensemble, à vouloir faire partager les nouvelles chansons. Leur confiance en ce qu'ils créent réassurera tous ceux pour qui leur musique est importante. -
Radiohead Arles setlist 
Talk Show Host / Bones / Optimistic / Karma Police / Planet Telex / Morning Bell / Dollars And Cents / Street Spirit / National Anthem / My Iron Lung / No Surprises / Climbing Up The Walls / Lucky / In Limbo / Exit Music / Airbag / Everything In Its Right Place // (encore:) Just / Knives Out / Nice Dream / Paranoid Android /
Tormenta de emociones en Arles, Francia
El show de Arles comenzo una hora y media despues de lo previsto debido a la fuerte lluvia caida. Thom Yorke se mostro profundamente emocionado ante la belleza del anfiteatro y el calor del publico que les esperaba. Se permitio bromear y al finalizar el concierto tomo fotos del publico preguntandoles...¿quereis estar mañana en nuestro web site?. Tocaron siete nuevos temas mezclados con canciones de The Bends y OK Computer
EL CONCIERTO DE VAISON LA ROMAINE SUSPENDIDO POR LA LLUVIA
La actuación de Radiohead en la ciudad de Vaison la Romaine (France) ha sido suspendida a causa de la fuerte lluvia que no dejó de caer desde el merio día. Razones de seguridad aconsejeran la suspensión, que se comunicó alrededor de las siete y media de la tarde. Radiohead mostró su decepción por la suspensión pero esperan que hoy (dia 15) puedan actuar, sin problemas, en Barcelona, ya que se se trata de un espacio cubierto.
.
Vaison-la-romaine a été annulé à cause de la pluie
(Laurence Boisnard-IndyRock)
Le théâtre romain est situé en ville au milieu d'un site archéologique. Ses gradins resserrés semblent contenir plus de spectateurs qu'à Arles, mais l'ensemble est plus intimiste. En ce début d'après-midi ensoleillé et chaud, trop chaud, la vue sur le paysage provençal au-dessus de la scène est magnifique. Malheureusement, comme à Arles la veille, les nuages arrivent et la pluie fait son apparition vers 17 heures. Elle se transforme rapidement en un violent orage avec éclairs et trombes d'eau. L'eau ruisselle rapidement en petits torrents dans les rues de la ville, forçant les fans qui attendaient devant les portes à se réfugier dans une exposition de photographies, heureusement toute proche. Le violent orage passera mais la pluie continuera de tomber sans interruption. Quand les 19 heures arrivent, le public attendant devant les portes, complètement trempé des pieds à la tête, s'inquiètera sérieusement. Et quand à 19 heures 30, l'annonce officielle de l'annulation du concert, pour des raisons évidentes de sécurité, sera donnée; le public sera évidemment très déçu, mais compréhensif car la persistance du mauvais ne pouvait qu'amener à cette (sage) décision. Il y aura d'ailleurs peu de protestations. Et les premiers rangs de la file d'attente avaient aperçu Phil, Ed, Thom, Jonny et Colin partir rapidement du théâtre par la sortie opposée quelques minutes auparavant. Il ne restait plus qu'à rentrer au chaud changer ses vêtements détrempés. L'espoir d'un autre concert magique dans un lieu unique avait disparu. (les billets seront remboursés)-
Radiohead's show in Vaison La Romaine, France, had to be cancelled due to weather conditions. 
Piazza Santa Croce - Firenze, le 21 juin 2000.
Piazza Santa Croce - Firenze, le 22 juin 2000
por Laurence Boisnard (Indyrock)
. La chaleur écrase les rues de la cité et le marbre blanc de la façade néo-gothique de l'église Santa Croce éblouit le passant. L'estrade de la scène a été ajoutée au milieu des gradins déjà installés pour d'autres manifestations, tel que le Calcio. Heureusement les hautes maisons florentines permettent d'attendrent à l'ombre, et l'on verra tout l'après-midi déambuler les touristes de masse suivant anxieusement leurs guides parmi les fans de Radiohead, ou l'inverse.
. Vers 18 heures, c'est un peu la panique. C'est-à-dire que l'on apprend que la place et le début des rues avoisinantes vont commencer à être fermées et ceux qui attendaient, parfois depuis le matin, vont devoir reculer. Cela rend furieux un petit groupe et l'équipe de sécurité a du mal à bien contrôler la situation. Des policiers, casques et matraques aux côtés, s'approcheront même. Le rush d'entrée est encore plus terrible. Enfin tout le monde entre petit à petit alors que le soleil disparaît et que la façade de la Santa Croce s'illumine des derniers feux du couchant.
.
Le programme est bien réglé : Laika vers 20 heures 30, jusque vers 21 heures 15, puis changement rapide du matériel. Enfin sous le regard sévère de la statue de Dante, Radiohead entre en scène, et Thom dit " Buonasera ". Ses efforts pour dire quelques mots dans la langue locale depuis la France sont à noter. Depuis quelques concerts, ils commencent directement par Optimistic. Une nouvelle chanson assez entêtante pour entraîner immédiatement l'adhésion du Public. Ce qui ne manque pas d'arriver. Mais c'était peut-être principalement l'accueil de Firenze à Radiohead, le plaisir de les revoir sur scène.
.
Bones, qui suit immédiatement, met le public dans état d'excitation incroyable. Puis Karma Police, la chanson de OK Computer la plus facile à fredonner, est reprise en chour par le public de Firenze dès les premiers mots. L'enthousiasme est déjà grand, et des spectateurs assis quittent leurs sièges pour rejoindre la masse déjà compacte qui s'agglutine dans l'espace libre de la place. Planet Telex déchaîne encore plus de bousculade dans les premiers rangs devant la scène, et les évacuations commencent.
.
Ed qui a pris le rôle de relations publiques auprès du public pendant les concerts depuis le début de la tournée, attentif, le remarque, et fait signe au personnel de sécurité tout en continuant à jouer. Thom se dirige vers le piano pour commencer Morning Bell mais Ed l'interrompt en disant qu'il souhaitait dire quelques mots avant de commencer. Il s'excuse de ne pouvoir le dire en italien et demande aux personnes debout de ne pas pousser. Puis il se souvient " non spingere ". Une clameur accueille ses deux mots dans la langue locale et les gens lui obéissent reculant tous d'un pas. 
.
Le public ce soir-là restera quand même un peu turbulent, ou peut-être simplement trop enthousiaste, à part les quelques idiots de service. Mais comment demander à ces personnes d'être aussi " sages " que le public du théâtre Tivoli de Barcelona, alors qu'elles ont attendu pendant des heures dans la chaleur de la ville (30°C même à l'ombre), qu'elles ont été malmenées et énervées par une organisation irresponsable, et que même une fois à l'intérieur de l'enceinte, elles ont du attendre et écouter Laika en plein soleil, déclinant mais encore terriblement chaud. Sans compter le fait que c'est la moitié, voire plus , des spectateurs de la piazza Santa Croce qui sont debout, soit environ deux milles personnes.
.
Et puis peut-être est-ce tout simplement le caractère latin. Comme sur How to Disappear Completely, où le public applaudira au milieu de la chanson les performances vocales de Thom, alors que c'était à priori la première fois qu'il l'entendait. Everyone (The national anthem) recevra aussi un chaleureux accueil. C'était une soirée pour les nouvelles chansons puisque exceptionnellement , neuf seront jouées ce soir. Thom indiquant que peut-être nous aurions envie de les entendre. Mais le groupe restera quand même un peu tendu lors de la soirée. Peut-être contrariés à cause des bousculades des premiers rangs, et des quelques idiots de service déjà mentionnés. D'ailleurs sur le début de Knives Out, la partie où il chante seulement accompagné de son piano, Thom aura un " oh, shut up " d'énervement. Cela ne l'empêchera pas sur Everything in its Right Place de faire applaudir le public et de commencer à " danser ".
.
Finalement tout le monde aura bien profité de cette soirée. Le public florentin, bien sur, à voir sa façon de chanter tout ce qui est " chantable " de Radiohead, sa façon d'applaudir même au milieu des chansons tant son plaisir est grand. Mais aussi certainement Radiohead, à voir parfois leurs regards se perdre sur les façades des demeures patriciennes qui entourent la place. Certainement un plaisir qu'il se sont offerts, et ils ont eu raison, que de choisir un aussi bel endroit permettant de joindre l'utile à l 'agréable.
.
D'ailleurs ce concert se terminera sous de bons hospices. Au début de Egyptian Song, le public, impressionné par l'effet de ciel étoilé utilisé comme jeu de lumière, aura un " Oooooh " admiratif. Quelques instants après, un deuxième " Oooooh " de bonheur s'élèvera d'une partie du public. Alors que Thom chantait "nothing to fear. ", une étoile filante est apparue dans le ciel au dessus de la scène, à côté de la façade de la Santa Croce... Moment mémorable que la vision de cette étoile filante accompagnant un instant la voix de Thom en ce lieu chargé d'histoire. L'éphémère e(s)t l'éternel. 
- . Setlist : Optimistic / Bones / Karma Police / Planet telex / Morning Bell / How to disappear completely / Street Spirit / Talk Show Host / Everyone ( The national Anthem) / Kid A / No Surprises / Lucky / Fake Plastic trees / You and Whose Army / Knives Out / Airbag / Just / Evrything in its right place / (rappel : ) My Iron Lung / Egyptian Song (Nothing to fear) / Lurgee / Paranoid Android / (deuxième rappel : ) Exit Music -


 

 
 
 

Piazza Santa Croce - Firenze, le 22 juin 2000.

por Laurence Boisnard (Indyrock)
Mêmes protagonistes que la veille pour ce second concert : la chaleur, le marbre blanc éblouissant de la façade néo-gothique de la Santa Croce, les touristes et leurs guides, les fans de Radiohead, l'équipe de sécurité du concert. Pendant le sound-check, la vision d'une nonne dans un fauteuil roulant marquant le rythme avec son pied valide sur " The National Anthem " ne pouvait que mettre de bonne humeur et réassurer sur la popularité des nouvelles chansons.

 

 
 
 

Après le sound-check, le jeu consistait à savoir quand et comment l'ouverture des portes allait s'effectuer. Les organisateurs ayant " réfléchi ", ils ont décidé d'installer assez tôt dans les gradins du fond les premiers qui voulaient entrer, puis au signal tout le monde dévalerait la tribune et devrait courir vers la scène. Bref un triathlon était organisé : bousculade pour entrer sur la tribune, puis dégringolade de tribune bondée et course autour des gradins, enfin attente sous un soleil de plomb. Les survivants auront l'honneur d'être bousculés dans les premiers rangs au pied du micro de Thom pendant le concert. C'est le dernier soir en tant que groupe d'ouverture sur cette tournée pour Laika, et du coup ils nous font leur set à l'envers. C'est -à-dire que l'ordre des chansons est inversé. 

Enfin comme d'habitude vers 21 heures 30, Radiohead entrent en scène sous la même clameur d'enthousiasme qui inclus "Optimistic", toujours aussi entêtante. "Bones" déchaîne le public et "Karma Police" sera reprise en chour avec enthousiasme. Après avoir dit bonsoir en italien, Thom dira "Calmo, calmo" accompagné de petits signes pour essayer d'apaiser l'ambiance, mais il le dira avec le sourire. D'ailleurs pour ce deuxième soir à Firenze, tout le groupe semble plus détendu. Pendant le début du concert, quelques rapides conciliabules souriants auront lieu entre Thom et Ed, Ed et Jonny, . A propos de quelqques réglages "techniques" ? On ne le saura pas, mais cela montre que l'atmosphère est bonne.

De nouveau ce soir, chacun sur scène apportera sa pierre personnelle et indispensable à l'édifice qu'est un concert de Radiohead. Il n'est pas facile d'observer Phil dans sa position ingrate de batteur. Si on est placé de côté, il est caché par sa batterie; si on est de face, il est caché par Thom. Enfin on peut le voir quand même, et on remarquera que Phil a deux positions : tête baissée ou tête relevée. Tête baissée dans les cymbales quand il joue, amusant et adorable à observer dans ces moments là. Il lui arrive même de chanter pour lui les refrains. Et quand il ne joue pas, tête relevée observant à son tour le public d'un air plutôt amusé.

Colin auprès de lui a dû s'habitué à un grand changement pour cette tournée. C'est-à-dire qu'il admire maintenant l'Autre profil de Phil. La partie droite de la scène étant maintenant encombrée par un piano et d'autres claviers pour les nouvelles chansons. Colin semble se contenter d'un espace d'un mètre carré fidèlement auprès de la batterie de Phil. Cela ne veut pas dire qu'il s'y ennuie, au contraire. Il a même plutôt tendance à s'y éclater, même si il ne tient pas particulièrement à en faire étalage auprès des autres et du public. Ce soir à Firenze, il fera même face au public mais pour profiter du spectacle de la piazza Santa Croce. C'est remarquable et plaisant de voir combien Colin prend plaisir à jouer les chansons de Radiohead, de voir combien il est en accord avec ce quelles sont.

Son frère Jonny est à sa façon plus démonstratif. Entre la guitare, les pédales d'effets et les claviers (et aussi le xylophone), il s'affaire dans son coin de scène comme un savant (fou ?) dans son laboratoire. Il ne semble jamais regarder le public, ou quand il le fait, on en est jamais certain, et il a plutôt tendance à regarder en l'air pendant les rares répits qu'il lui arrive d'avoir pendant un concert. Cela lui a permit à Barcelona de saluer les spectateurs perchés au deuxième balcon du Teatro Tivoli; et ce soir à Firenze de signaler à Thom, qui demandait vers la fin du concert "Where is the party ?", la logga d'une superbe demeure patricienne donnant sur la piazza où de fortunés florentins profitaient gratuitement du concert de Radiohead. Et il est remarquable de voir qu'il a "encore" beaucoup de plaisir à jouer Just ou My Iron Lung. .

Ed, de l'autre côté de la scène, est encore plus expressif. C'est lui qui montre le plus visiblement le plaisir qu'il a à faire ces concerts. C'est lui aussi qui cherche le plus à communiquer avec le public. Observant souvent les premiers rangs, répondants par des sourires ou des petits signes aux sollicitations de ceux-ci, plaisantant quand ses "instruments" ne fonctionnaient pas sur "Everything. " à Arles, ou s'inquiétant de la sécurité du public comme il l'avait fait la veille. Et Ed, le géant, ne s'en laisse pas moins habiter par les riffs de sa guitare. Il est à noter aussi que Ed est plus présent au niveau des vocaux dans les nouvelles chansons, comme dès le début du concert sur "Optimistic". Et c'est tant mieux si les nouvelles chansons réservent une part plus grandes à la voix de Ed, tout du moins sur scène. 

Thom. Thom est unique et accapare la quasi totalité de l'adulation du public. Il n'est qu'à essayer de rester dans les premiers rangs debout au pied de son micro pour en être immédiatement convaincu. La foule s'agglutine en une masse compacte à ses pieds, mains et regards tendus vers lui. Quand on veut regarder ailleurs, on ne peut pas car tous les visages sont tournés vers lui. Alors on le regarde chanter et se laisser habiter par la musique. Comme auparavant sur la tournée de OK Computer, de sa façon particulière, il sollicite des réactions du public, essayant de les ressentir, en s'approchant du bord de la scène et en fixant les premiers rangs. 

Mais ce qui est étonnant depuis le début de cette tournée, c'est son attitude que l'on pourrait qualifier d'extravertie. Cette remarque est d'ailleurs valable pour tout le groupe. On sent vraiment que c'est un sentiment général au sein de Radiohead depuis Arles. Cela apparaît chez Thom par ses sourires sur scène, sa volonté de se faire comprendre en essayant de dire à chaque fois quelques mots dans la langue locale, ses réactions souvent amusés aux demandes criées par le public, et assez significativement à son attitude pendant "Everything in its right place" , chanson qui semble le mettre dans un état propice à une attitude expansive au fur et à mesure de l'avancement de la tournée. A Barcelona, il s'assoira d'abord sur le bord de la scène avant de sortir en traversant la salle au milieu du public médusé. A Firenze, le premier soir il dansera, comme il avait commencer à le faire quelques concerts auparavant, et ce soir il escalade les structures de la scène "provocant" le public, dans un style très rock and roll pour grands stades. .

La réponse du public ce soir sera tout aussi enthousiaste que la veille : chants, applaudissements même au milieu des chansons quand le plaisir est trop fort,. Le programme sera agrémenté pendant le premier rappel, d'une chanson de circonstance qui n'avait pas encore jouée : "The Tourist". Thom la dédiera bien sur aux touristes de masse qui envahissent la cité toscane en ce mois de juin. Il précisera aussi qu'ils ont eu "a wicked time in Florence", c'est-à-dire qu'il se sont bien amusés. Radiohead terminant les concerts par des ballades, cela sera un autre titre inédit sur cette tournée qui clôturera ce soir : "Bullet Proof (I wish i was.)". Mais nous les fans nous ne voulons être jamais être blindés au bonheur de voir Radiohead sur scène. .


Setlist : Optimistic / Bones / Karma Police / Morning Bell / How to Disappear Completely / Street Spirit / Talk Show Host / Everyone (The national anthem) / My irong Lung / In Limbo / No Surprises / Climbing Up The Wall / Fake Palstic Trees / Exit Music / Airbag / Just / Everything in its Right Place / (rappel : ) Lucky / Egyptian Song / The Tourist / Paranoid Android / (deuxième rappel) Bullet Proof - 
Radiohead, Royal Festival Hall, 1.7.2000
Por Irma Romero (London-IndyRock)
English version
La Royal Festival esta localizada en South Bank, al sur de Londres, un complejo cultural con galeria de arte, teatro y un cine. Un sitio idilico para otro acontecimiento cultural, el muy esperado primer concierto londinense de Radiohead en mas de dos años. Justo al lado del Rio Tamesis, se puede distinguir este edificio grande, que hospeda tantos eventos, incluidos los dos conciertos de este fin de semana, el de Radiohead el sabado y el de blur el domingo. Los dos conciertos con entradas agotadas, parte de la Meltdown Festival organizada por Scott Walker. Hasta parece que el tiempo dona su parte para este dia tan especial, con un hermoso solecillo alegrando la tarde de la gente que iban llegando poco a poco a la sala. 
Es curioso como el ambiente que normalmente es tan relajado en la Royal Festival Hall, tambien se reflejaba esta tarde en las caras de todos los que pululaban por alli. Quien diria que a lo poco veriamos a Radiohead en aquel mismo sitio! Se veia a la gente sentada en la terraza y a fuera con sus bebidas, charlando tranquilamente y disfrutando del dia. Hasta los de la seguridad estaban muy relajados y sonrientes, que ni siquiera(para mi gran sorpresa!)miraron los bolsos de la gente que iban entrando. Serian las 7 de la tarde a esas horas y Radiohead no empezarian tocar hasta las 9, con que decidimos unirnos a la gente en la terraza, con bebidas incluidas, con preciosas vistas hacia el rio. Los teloneros habian subido al escenario pasadas las 7.30, lo cual supimos, cortesia de uno de los de la seguridad, que graciosamente nos lo comento y nos dijo que fuesemos pasando la informacion a los demas. A las 8.45 ya iban anunciando por los altavoces la siguiente actuacion: Radiohead. Todo muy en plan teatro:"Vayan ocupandose los asientos, la actuacion empezara en unos minutos. "
La sala era de tamaño mediano, para unos 2.000-3.000 personas. Nuestros asientos estaban en la terraza, que curiosamente no tenia ninguna separacion con los asientos de abajo, todo iba en diagonal hacia el escenario. La distancia, desgraciadamente era considerable. Solo era cuestion de tiempo para ver como serian las vistas una vez que empezaran a tocar. 
Algunas cosas no cambian: A las 9 en punto subieron al escenario los cinco chicos de Radiohead. Tan puntuales como siempre! Todo estaba en plena oscuridad cuando se apoderaron del espacio en el fondo de la sala acompanados de furiosos aplausos y gritos de deleite. Y antes de que pudieramos despertar de un sueno que ya se habia hecho realidad, se oian los acordes de una cancion totalmente desconocida a los oidos de los presentes, "Optimistic". Con muchos cambios de ritmo, una cancion que tuvo a la gente con la boca abierta. Bonita apertura para un intensisimo concierto y una estrategia interesante para un gig en London, de todos los lugares!Por experiencia puedo decir que los chicos parecen algo mas nerviosos tocando en London. Casi como si la expectacion fuera mas grande alli que en cualquier otra ciudad. Y otra nueva la siguio antes de que empezaran con una poderosa version de "Bones", seguida por "Karma Police", que no quedaba detras en potencia. Casi se podia oir suspiros en el publico por oir algo familiar. Efecto shock conseguido. "Morning bell", una preciocisima oferta nueva, introducida como "song about the media" con algo de influencia de DJ Shadow, con un Thom utilizando su voz como una deliciosa arma y ritmos complejos. 
Cuando empezaron con "Street Spirit", la gente aplaudia encantada. Una rendicion impresionante de un clasicon de su repertorio anterior. Seguida por "Talk show host".
Y es que no pararon, ya que la proxima cancion era otra nueva tambien, impresionante con bastante acento en los teclados, cortesia de Jonny. Cosa curiosa fue el hecho de que Jonny pasaba mas tiempo detras de los teclados o jugando con sus cajas de efectos que tocando la guitarra, dejando asi a Ed lucir sus talentos. Thom tambien paseaba por el escenario como si estuviera en su casa, moviendose y bailando de una manera incontrolable, moviendo su cabeza de un lado para otro, casi recordandome a Michael Stipe a veces. Hablaba poco entre las canciones pero eso no le paraba de soltar unos graciosos comentarios sarcasticos tan suyos a veces, como por ejemplo al principio de una de las canciones nuevas introducida y dedicada para Tony Blair, con un Thom sentado al piano medio de espaldas hacia el publico en medio del escenario. Soltaba unas muecas que tenia a la gente partiendose de la risa. Muy gracioso. "In limbo" y "Dollars&Cents", otras dos muestras impresionantes para dejarnos ver que estan llenos de sorpresas. "In limbo" con un interesante guitarreo por parte de Jonny, en plan staccato. "Dollars&Cents" fue definitivamente una de mis favoritas. Al oir los primeros acordes de "No surprises", la emocion contenida hasta entonces dio rienda suelta. Fue impresionante! Un poco como despertar de un sueño en que habiamos estado flotando y ahora era hora de llenar cada poro del 
cuerpo con esas deliciosas melodias que llenaban la sala. El sonido era nitido y compacto y como son muy conocidos por sus juegos de luces, tampoco nos decepcionaron esta vez. Es algo que necesariamente forma parte del espectaculo, aquella impresionante iluminacion de rojos, azules y verdes. Uno de los momentos mas impresionantes en el concierto fue cuando colocaron unas bolas plateadas al lado de Phil, que al dar vueltas crearon una imagen de un cielo nocturno lleno de estrellas. La gente exclamo encantada de admiracion. Totalmente surreal, ademas creo una atmosfera curiosamente intima y apacible. Increible. 
Cuatro canciones antiguas:"Exit music", "Lucky", Airbag" y "Just" eran lo que se podia solo describir como grandiosas, las dos primeras llenas de emocion y las dos ultimas con una potencia fierisima que dejaria a muchos grupos verdes de envidia. Algo que hizo la cuestion de estar pegada a una butaca insoportable. En otras palabras, ver a Radiohead sentada parece un pecado! "Everything in it's right place", la ultima cancion antes de los bises y decididamente la cancion de los efectos tenia a Ed y Jonny sentados con las piernas cruzadas en el suelo jugando con sus cajas de efectos, con Jonny grabando la voz de Thom y tocandola al reves repetidamente hasta que Thom sale del escenario dejando a los demas y luego Jonny el ultimo en salir deja la caja de efectos y se une a sus companeros, todavia con la voz de Thom bailoteando en los oidos del publico. Y la gente ya no se contenia mas y se desmarraron a gusto. 
En el primer bis, oportunamente, nos obsequiaron con dos canciones nuevas. La primera, "Egyptian song", dedicada a Scott Walker con una curiosa sensacion de algo vagamente español, casi arabe con Thom tocando el piano, una vez mas en el medio del escenario. Preciosa. Y luego "Knives out", que algunos prometen suena como un primer potencial single, "A song about cannibalism", tal como fue introducida por Thom. Otra joya. 
"Fake plastic trees", la maravilla de siempre con una nueva, interesante parte con teclados incluidos. Y con un emocionante momento al final de la cancion cuando Thom deja de cantar y deja al publico terminarla. Memorable. Y luego llegamos a "Paranoid Android". Ahora era hora para los chistes. Thom le pidio a Ed que contara algo. Y Ed medio sonriendo:"Thom, no. I never say anything anyway. It's very embarassing. "Y luego: "This one's for the Ladies in the house" y nos cuenta la historia de algun documental sobre la Naturaleza y sobre el comportamiento de algunos mamiferos al copular, y como la hembra muestra su insatisfaccion al macho echando una ducha amarilla sobre su cara! "Este es el chiste del dia", dice Thom. Y la gente no podia parar. La version del primer single de "OK Computer" fue algo alucinante una vez mas. 
Y salieron de nuevo para volver al segundo y ultimo bis con "How to disappear completely and never to be found", de camino a convertirse en un clasico. Una preciosa balada con Thom demostrando sus hermosas cuerdas vocales. 
Ya habia terminado, aquellas dos horas intensas, llenas de emociones de todo tipo y ahora se habia acabado. Una tenia que sacudirse para volver a la realidad, para encaminarse totalmente en otro mundo, en otra dimension hacia la aula donde ya se estaban formando manadas de todo tipo, con algun que otro famoso por medio. 
Y al salir de la sala, la hermosa atmosfera nocturna te abrazaba recordando contigo la inolvidable experiencia que acababas de tener. . . Hasta que los caminos se crucen de nuevo. 

Optimistic/ Bones /Karma Police /Morning Bell /Street Spirit /Talk Show Host /National Anthem /My Iron Lung/ In Limbo /. No Surprises /. You and Whose Army?/Dollars and Cents /Exit Music /. Lucky /. Airbag [/ Just/Everything In Its Right Place
Encore /Egyptian Song/. Knives Out: /Fake Plastic Trees /Paranoid Android 
Encore 2 . How To Disappear


 

 

Radiohead, Royal Festival Hall, London,1.7.2000

The Royal Festival Hall is located in South Bank, South of London, a cultural complex with an Art gallery, a theatre and a cinema. An idyllic place for another cultural event, radiohead's long awaited first London gig in more than two years. Just by the River Thames, you can distinguish this big building, home of so many events, including the two gigs of the weekend: Radiohead on Saturday and Blur on Sunday, both part of the Meltdown Festival organized by Scott Walker. It even seems like the weather donates its part for such a special day, with a lovely sunshine for much delight of the people present in the place.

It's funny how the atmosphere which usually is so laid back at the Royal Festival Hall could be seen reflected this afternoon as well in the faces of all the people around there.Who would think that in short we'd be seeing radiohead in that precise place!You could see people sitting by the terrace with their drinks, chatting away and enjoying the afternoon.Even the Security looked very relaxed and smiley and didn't look into people's bags (something that really surprised me!) It was around 7 pm. by that time and radiohead wouldn't start playing until 9 so we decided to join the people by the terrace,with lovely sights to the river. The support band were already on stage at 7.30,something we got to know thanks to one of the security people who asked us to pass the information to the rest of the crowd.At 8.45 there was an announcement on the loudspeakers:"Please take your seats, the next performance will start in a few minutes."

The venue is medium-sized holding about 2000-3000 people.Our seats were on the terrace,that,funnily enough didn't have anything separating the seats from downstairs.It had a diagonal descent towards the stage.It was just a matter of time to see what the sights were like once they started playing.

Some things never change:At 9 pm. sharp the radiohead boys got on stage.As punctual as ever!It was all dark when they got onto the space at the back of the hall joined by an excited round of applause and cries of joy from the audience.And even before we could wake up from a dream that had become reality now,you could hear the first riffs of a totally unknown song,"Optimistic". With lots of rhythm changes, a song that had people with their mouths open.A nice opening for a very intense show and an interesting strategy for a gig in London,of all places.By experience I could say that the boys always seem a bit more nervous when playing in London.Almost as if the expectation was higher there than anywhere else. Then it was time for a magnificent version of "Bones",followed by a no less powerful "Karma police".You could almost hear sighs of relief in the audience for hearing something familiar.Shock effect accomplished."Morning bell", a beautiful new offer, introduced as "a song about amnesia" with some DJ Shadow influence showed Thom using his voice as a delicious weapon with lots of different twists. "Street Spirit" received a very excited round of applause.An amazing rendition of an absolute classic of their back catalogue. Followed by "Talk show host". And the show went on.The next song was another new one as well,impressive with a lot of emphasis on keyboards courtesy by Jonny. One interesting thing was the fact that Jonny spent more time behind the keyboards or playing with his transistor radio or other effect heavy toys than playing the guitar which let more space for Ed to show off his talents. Even Thom was walking around the stage like being at home, moving and shaking his head as in some kind of a fit, reminding me of Michael Stipe or even Ian Curtis at times.He didn't talk a lot between songs but it didn't stop him from throwing some funny,sarcastic remarks inbetween some numbers like for example at the beginning of one of the new songs introduced and dedicated to Tony Blair, with Thom sitting by a piano in the middle of the stage with his back on the audience. He actually did a very good Tori Amos-que impersonation with amusing grins included.And that had the people in fits.Very funny. "In limbo" and "Dollars&Cents", a couple of amazing demonstrations showing us that they indeed are full of surprises."In limbo" in particular included an interesting staccato style guitar work by Jonny. Hearing the first riffs of "No surprises" had the desired effect:All the emotion kept inside until that moment burst into its full glory.It was amazing!A bit like waking up from a dream we'd been floating in and now it was time to fill every pore of your body with all those delicious melodies dancing around the hall.The sound was precise and compact and as they are well-known by their lightshows,there was no room for disappointment this time either.It is something that necessarily forms part of the show,that amazing combination of reds,greens and blues. One of the most impressive moments during the gig was when they placed silver balls by the drumkit,that when moving around created an effect of a starry night sky.The audience was gasping in admiration.Totally surreal,and apart from that there was something very intimate and peaceful about the whole situation.Just incredible. Four old songs:"Exit music","Lucky","Airbag" and "Just" could only be described as magnificent,the first two full of emotion and the latter two with such power and passion that would leave many bands green with envy.Something that made the idea of being stuck to your seat pretty unbearable.In other words,it almost seems a sin to see radiohead seated! "Everything in its right place",the last song before the encores,and definitely the one of effects had Jonny and Ed sitting crosslegged on both sides of the stage playing with their sound effect boxes,with Jonny recording Thom's voice and then playing it backwards all over again until Thom goes off stage leaving the others then Jonny being the last one exiting,places his effectbox on the floor,joins his bandmates with Thom's voice still floating around.And that's when the audience totally lost it and burst into furious signs of appreciation.

In the first encore, luckily, they gave us two new songs.The first, "Egyptian song", dedicated to Scott Walker, with a vague Spanish, almost arabic feel to it with Thom on piano once again in the middle of the stage.Beautiful.Followed by "Knives out",that some predict as a potential first single,"a song about cannibalism", as introduced by Thom.Another gem. "Fake plastic trees", an absolute crowd favourite,with an interesting new keyboard part.There was a particularly emotional moment when at the end of the song,Thom stops singing and lets the audience to finish it.Memorable. And then we come to "Paranoid Android".It was time for the joke of the day.Thom asked Ed to tell something.And Ed,half smiling:"Thom,no.I never say anything anyway.It's very embarrassing."And then:"This one's for the Ladies in the house."He tells us the story on some Nature programme and about the mating habits of some species,in this case of the chinchillas where the female demonstrates her insatisfaction by pissing on her mate's face!"That image has been on your mind all day,hasn't it?", says Thom.And the audience burst into a big laughter. The version of the first single of "OK Computer" was excellent once again. They came back once more for a second and final encore with "How to disappear completely and never be found".A beautiful ballad with Thom demonstrating his amazing voice.

And it had finished ,those intense two hours, full of different kinds of emotions,and now it was over. You just had to shake yourself back to reality,walking totally immersed in your own little world to the bar area full of people already,with a few celebs in sight. And coming out of the venue, the beautiful night atmosphere embraced you remembering the unforgettable experience that you just had had. Until the paths meet again.
Review in Greek 
Greece, Athens, Lycabetus Theatre
por Sotiris KakaletrisI
It was about 8.00 when we reached Lecabetus Theatre in the highest hill of Athens. About 1.000 people were waiting in front of the stage in the hope of watching Radiohead from a small distance, about 2 hours before the concert. Clinic, the support group started playing at about 8.50 and finished at 9.30. It was the third time playing in front of Greek audience ( including the 25th and 26th of June gig ) and they were cool. Their sound was very familiar but I can say that something was missing. At about 10 o'clock and after 1/2 hour waiting Radiohead got on the stage. After a simple Thom's "Good evening" they started playing "Optimistic". After "Bones" it was time for "Karma Police". Thom said that it was "for the people on the rock" (they didn't pay for the ticket). They continued playing new and old songs like : "Nice Dream", "My Iron Lung", "No Surprises"(with Jonny playing the xilophone), "Fake Plastic Trees" (great performance),"Airbag", "Just" & new: "National Anthem", "Kid A", "Dollars and Cents", "Everything in its Right Place". I have to say that I found "Everything in its Right Place" very inspired , with Jonny sampling Thom's voice while Thom was dancing like mad all over the stage till the end of the song. The only negative element was the "murder" of "Exit Music" because some idiot insisted on yelling while Thom was trying to concentrate. So after playing about 16 songs they left for a while and returned for the first Encore. They started with "Lucky" and continued with "Street Spirit [Fade Out]" and the epic "Paranoid Android". Meanwhile the crowd was asking for "Creep" but Thom said "That' s out of discussion!!!". I found Thom's motion very characteristic, especially in " Paranoid Android ". He looks from time to time like "a human cobra ready to attack to the microphone". After a small break they returned playing " How to Disappear Completely and Never Be Found" ending like this the third and last concert in Greece. The concert was excellent. Radiohead seemed very excited and happy for their first gigs in Greece. It is sure that with concerts like they prove which is the best band in Europe right now!!! 
The playlist of the concert was :
Optimistic Bones Karma Police Morning Bell Nice Dream Talk Show Host National Anthem My Iron Lung Exit Music No Surprises Dollars and Cents Fake Plastic Trees Kid A Airbag Just Everything in its Right Place
Lucky You and Whose Army Street Spirit Paranoid Android

How to Disappear Completely and Never Be Found
RADIOHEAD 
Under a big top ~ A genuine freakshow
Trickledown compressor ~ 150,000 volts of electricity 
Unsurpassed novelties ~ Mobiles chirping 
Giant cogs turn ~ Cracks appearing beneath the veneer 
Well adjusted ~ abattoir noises
The ice age is coming ~ Weak reception
Rubber bullets ~ Our name is legion
Last remaining polar bears ~ Carrots & sticks
Packt up like sardines in a crush tin box
SHELLSHOCK, PARALYSIS, SLEEP- WALKING, any child who is Backward in Study, and BAD HABITS of any kind PERMANENTLY REMOVED, Etc. 
.FEAR STALKS THE LAND !
I AM AWAKE AT 4AM TO THE TERRIFYING UNDENIABLE TRUTH THAT THERE IS NOTHING I CAN DO TO STOP THE MONSTER
Gira en Septiembre
September 1 Newport, South Wales Tredegar House 

Set list
The National Anthem / Bones / Morning Bell / Talk Show Host / Permanent Daylight / Karma Police / Lucky / Exit Music / Paranoid Android / My Iron Lung / You and Whose Army? / Dollars and Cents / Climbing Up the Walls / No Surprises / Idioteque / Airbag / Everything In Its Right Place 1er encore : I Might Be Wrong / Street Spirit / The Bends / How to Disappear 
2ème encore: Motion Picture Soundtrack
September 2 Newport, South Wales Tredegar House

Set list
Optimistic / Airbag / Karma Police / Morning Bell / The National Anthem / Street Spirit / Lucky / My Iron Lung / In Limbo / Knives Out / Climbing Up the Walls / No Surprises / Dollars and Cents / Exit Music / Paranoid Android / Idioteque / Just / Everything In Its Right Place [encore 1] I Might Be Wrong / Fake Plastic Trees / The Bends / Egyptian Song [encore 2] How to Disappear Completely. 
Near Valby Hallen, Copenhagen, Denmark on the 7th and 8th of September.

Copenhagen, Denmark, Sep 7   Setlist:
 Optimistic / Airbag / Morning Bell / The National Anthem / Street Spirit / Karma Police / Bones / In Limbo / Permanent Daylight / Climbing Up the Walls / No Surprises / Dollars and Cents / Just / Paranoid Android / Idioteque / Exit Music/ Everything in its Right Place/ Encore: I Might Be Wrong 
 Lucky/ The Bends / Egyptian Song/ encore2:  How to Disappear Completely.
Werchter Park, Brussels on the 11th September. 
Werchter Park, Brussels, Thursday 12th September
En los conciertos de Belgica  Radiohead ha incluido dos versiones una de Can y otra de Magazine.
Thief" by Can from their 'Delay... 1968' LP
Shot By Both Sides" by Magazine
Goffertpark, Nijmegen, Holland on the 15th September. 
Nijmegen, Goffertpark (16 Sept)
Paris on the 19th and 20th September
September 23 London, Tower Hamlets Victoria Park 
September 24 London, Tower Hamlets Victoria Park 
September 25 London, Tower Hamlets Victoria Park
September 28 Glasgow, Scotland Glasgow Green 
September 29 Glasgow, Scotland Glasgow Green
October 1 Warrington, Cheshire Victoria Park 
October 2 Warrington, Cheshire Victoria Park 
October 3 Warrington, Cheshire Victoria Park
Punchestown Racecourse, Dublin, Ireland on the 6th, 7th, and 8th of October
11 oct N Y(USA) Roseland Ballroom

Radiohead Play Unreleased Material At New York Show
http://www.sonicnet.com/news/story.jhtml?genreNameForDisplay=
Rock&genreDirectoryName=rock&id=1124662
Set list: national anthem / morning bell / airbag / in limbo / optimistic / lucky / my iron lung / permanent daylight / you and whose army / no surprises / dollars and cents / talk show host / how to disappear completely / paranoid android / idioteque / just / everything in its right place / i might be wrong / karma police / the bends / pyramid song / motion picture soundtrack

17 oct   Sears Theatre (ACC), Toronto, Canada 
RADIOHEAD DOES IT THEIR WAY (Toronto review)

Set List:.The National Anthem /.Morning Bell (dedicated to Labatt's) /.Airbag (dedicated to Ford) /.In Limbo (dedicated to Pizza Pizza) /.Optimistic (dedicated to Molson) /.Lucky (dedicated to MuchMusic) /.My Iron Lung /.You And Whose Army (dedicated to compassionate conservatism) /.No Surprises (dedicated to "EMI-Time Warner ... not yet") /.Dollars And Cents /.Exit Music (for a film) /.Talk Show Host /.How To Disappear Completely (dedicated to Nike) /.Paranoid Android (dedicated to IBM and Gucci) /.Idioteque /.Just /.Everything In Its Right Place /(encore) .I Might Be Wrong /.Street Spirit /.Follow Me Around /.The Bends /.Pyramid Song /(encore) .Motion Picture Soundtrack /.Karma Police 
20 oct   Greek Theatre, Los Angeles, USA 

Set list 
The National Anthem/Morning Bell/Airbag/In Limbo/Optimistic/Lucky/My Iron Lung/You and Whose Army/No Surprises/Dollars and Cents/Fake Plastic
 Trees/Talk Show Host/How To Disappear Completely / Paranoid Android / Idioteque/Just/Everything In Its Right Place / 1er rappel : I might be 
wrong / Karma Police / Climbing Up The Walls/ Pyramid song (Egyptian song)/ 2ème rappel : Motion Picture Soundtrack/ Street Spirit(Fade Out)
Just before they went into "Pyramid", Thom said that "tonight is the last gig for quite a long time." Ed then said to Thom, "you're such a tease."
RADIOHEAD TOURDATES 2000
June 
Tue 13th: France, Arles, Theatre Antique d'Arles Laika
Wed 14th: France, Vaison La Romaine, Theatre Antique d'Vaison
Thu 15th: Spain, Barcelona, Teatro Tivoli + pics
Sat 17th: France, Frejus, Arenes d'Frejus 
Sun 18th: Italy, Milan, Villa Reale 
Mon 19th: Italy, Milan, Villa Reale
Wed 21st: Italy, Florence, Piazza Santa Croce 
Thu 22nd: Italy, Florence, Piazza Santa Croce
Sun 25th: Greece, Thessaloniki, Earth Theatre
Mon 26th: Greece, Athens, Lycabetus Theatre 
Tue 27th: Greece, Athens, Lycabetus Theatre 
Fri 30th: France, Paris, La Grand Rex + clinic
July 
Sat 1st: UK, London, Royal Festival Hall 
Mon 3rd: Germany, Berlin, SFB Sendesall 
Tue 4th: Germany, Berlin, SFB Sendesall 
Fri 7th: Israel, Tel Aviv, Cinerama 
Sat 8th: Israel, Tel Aviv, Cinerama 

Sun 9th: Israel, Caesaria, Old Roman Amphitheatre
Paris Saint Dennis F otos: Elodie Mirbel y Julie Angles


19th and 20th september 2000
http://www.radiohead.com/radiotour.html

 



VÍDEOS DE DIRECTOS
Archivo histórico de IndyRock Magazine



News - Noticias -todo sobre Radiohead
GALERÍA DE FOTOS * RADIOHEAD * DIRECTOS
TEMAS CON TABS en IndyRock * Radiohead

.


--
 
Copyright IndyRock ©
TODOS LOS DERECHOS RESERVADOS:
Queda prohibida la reproducción, distribución, puesta a disposición, comunicación pública y utilización total o parcial, de los contenidos de esta web...
Leer más y Política de privacidad
 
Contenidos informativos
Agenda de conciertos
Concursos
Noticias
Productoras
Tablón de anuncios... y + Más

Revista electrónica creada en 1997
Home * Portada
Servicios publicitarios
Créditos | Qué es IndyRock
info@indyrock.es

Naturaleza  y divulgación científica
waste.ideal.es
Dirección y edición
waste@diarioideal.es